Engagement n°65 – Réalisé

 

Vernon est en compétition avec des territoires voisins (Evreux, Louviers, Rouen, Mantes, Dreux…). Face à cette compétition nouvelle, il faut que nos élus se retroussent les manches pour aller chercher les emplois et la richesse là où ils se trouvent. C’est ce que font avec succès nos voisins depuis plus de 10 ans…

Une fois de plus, Vernon a une situation géographique idéale, elle a des atouts à faire valoir. Il ne faut pas attendre que les entreprises viennent : il faut leur montrer Vernon ! Le maire de Vernon et les élus de la CAPE doivent agir comme de véritables VRP de leur territoire en allant chercher les investisseurs là où ils sont, c’est-à-dire à Paris, Rouen, le Havre et à l’étranger. Nous devons en finir avec la position attentiste et passive des élus, qui, jusqu’à présent, préfèrent attendre tranquillement les entreprises plutôt que d’aller les chercher.

C’est le rôle d’un élu moderne et dynamique. De la même manière, il s’agit de renforcer l’exposition de la ville auprès des décideurs pour qui, Vernon offre une alternative opportune entre le Grand Paris et la métropole rouennaise. Nous ne pouvons pas revivre l’expérience de l’école d’ingénieurs ELISA qui souhaitait s’installer sur le site du LRBA. Il a fallu plus de six mois à la dirigeante pour avoir un rendez-vous avec la mairie ; cette école est aujourd’hui partie à Saint-Quentin…

 

Élu en charge de l’engagement : Sébastien Lecornu

Qu’avons nous fait ?

 

En 2015 et 2016, l’attractivité du Plateau de l’Espace a explosé, grâce aux actions de l’équipe municipale. Keeper (fabrication de la de matériel innovant), ArianeGroup – Safran (ex-Secma – réalisation de moteurs d’avion, spécialisé dans la propulsion électrique pour satellite), SKF S2M (unité de recherche appliquée en mécatronique magnétique), ces entreprises innovantes ont déjà choisi Vernon pour se développer.
Le « Campus de l’Espace » va ouvrir une école pilotée par l’Institut des techniques d’ingénieur de l’industrie (ITII) de Normandie. Pour accueillir cette école et ses 250 apprentis-ingénieurs en 2018, d’importants travaux doivent être entrepris pour rénover près de 2000m2 de bâtiment.